Après l’article sur le cuir, je souhaitais faire un article sur mon secteur d’activité : la maroquinerie .

En effet, sous le terme de maroquinerie se cache en fait une grande variété de produits auxquels on ne pense pas forcément !

Parmi eux, on trouve par exemple des sacs pour femme ainsi que pour hommes (eh oui chacun son sac !), des articles de poche (portefeuilles, porte-cartes), les articles de voyage (mallettes, valises) mais aussi les articles de gainerie (articles de bureaux, étuis, coffrets), les bracelets de montre et ceintures, la sellerie, les articles de chasse ou de pêche (étui-fusil, cartouchière), sans oublier les articles pour chiens et chats !

A l’origine, le mot « maroquinerie » vient du mot « maroquin » qui désigne un cuir provenant des peaux de chèvres et de boucs dont le tannage aurait été inventé au Maroc. Depuis toujours, la maroquinerie et le cuir ont évolué ensemble au même rythme car ces deux secteurs sont extrêmement liés.

De ce fait, avec le développement et l’amélioration des méthodes et techniques de travail du cuir, « Maroquinerie » désigne par extension l’ensemble des petits objets réalisés en cuir : sacs, coffrets, portefeuilles, porte-monnaie, étuis à cigares…

Un article de maroquinerie passe par de nombreuses étapes de fabrication et de montage avant de devenir le produit fini que l’on retrouve dans les boutiques ou sur l’e-shop !

Tout d’abord, les modèles sont imaginés et dessinés par les stylistes selon les tendances de la mode et des saisons tout en considérant la fonctionnalité du produit bien sur ! Le patron est ensuite réalisé manuellement ou informatiquement sur des logiciels permettant de concevoir virtuellement le produit (vive la nouvelle technologie !)

Une fois le patron terminé et validé, une liste des matériaux à utiliser est établie. Celle-ci permet de préparer tout ce qui est nécessaire au bon déroulement des étapes de fabrication. Parmi ces matériaux, on trouve notamment le cuir, les divers éléments métalliques, les renforts, la doublure…

Le modèle est ensuite réalisé à plat pour diviser les différentes parties du sac et ainsi obtenir les emporte-pièces pour effectuer les découpes.

La découpe dans le cuir doit prendre en compte les défauts et imperfections des peaux car elles ne sont jamais uniformes et parfaites. Il faut donc judicieusement choisir les parties à découper pour perdre le moins de matière possible tout en choisissant les plus belles pièces de la peau. La découpe peut se faire à la main, à la presse ou en utilisant une découpe automatique.

Le cuir peut ensuite passer par des étapes de refendage ou de parage pour pouvoir modifier l’épaisseur du cuir selon le rendu souhaité et faciliter le montage des pièces.

Les diverses parties sont ensuite assemblées, piquées puis montées sur des machines à coudre ou réalisées à la main pour les petits détails et ainsi apporter un cachet authentique à la pièce. Il existe de nombreuses façons de montage  selon le modèle préparé.

La pièce de maroquinerie commence à prendre sa forme réelle puisque les diverses parties assemblées donnent le volume à l’article qui se présentait jusqu’alors à plat.

Reste encore les finitions et la pose des accessoires pour lui apporter son originalité et son fonctionnalité. La phase de finissage est une étape majeure et délicate qui doit être particulièrement soignée puisqu’elle apporte la touche finale au modèle.

Après tout cela, la pièce de maroquinerie est prête ! Il ne reste plus qu’à lui trouver un propriétaire !!

 

preloader